L’anesthésie locale chez le dentiste : chirurgie dentaire

Avant une intervention en chirurgie dentaire, le praticien applique toujours une anesthésie. Cette étape est cruciale dans la mesure où elle permet de bloquer de façon temporaire la propagation les signaux électriques le long des nerfs. Ainsi, la conscience et la sensibilité douloureuse sont suspendues. En anesthésie dentaire, le produit est généralement administré à l’aide d’une piqûre. Bien qu’il existe différents produits comme nous l’indique de dentiste le Centre Dentaire Blanchette à Beauport (Québec, QC, Canada) pour les opérations dentaires, deux principales anesthésies sont utilisées en dentisterie. Afin de mieux comprendre l’anesthésie locale en dentisterie, ci-après quelques lignes qui leur sont consacrées.

Le produit anesthésiant

Il convient de préciser que le produit anesthésiant administré avant l’intervention chirurgicale est à une dose infime. Aucun effet toxique n’est causé par ce produit mais il est recommandé de déceler si le patient présente des allergies aux anesthésiques. Certes, les réactions allergiques sont généralement imprévisibles mais le patient est normalement en mesure de connaître les médicaments qu’il ne supporte pas. L’adrénaline est une hormone qui est souvent associée aux anesthésiques. Compte tenu de ses effets qui peuvent être intenses, il ne doit pas être employé chez des patients sensibles comme les diabétiques ou les personnes qui ont une tension artérielle élevée. Conscients des risques, les dentistes au Québec prennent soin de bien interroge leurs patients sur leurs antécédents de santé entre autres.

Les anesthésies locales les plus employées en dentisterie

Les plus fréquemment utilisées sont les péri-apicales. Le dépôt de cette anesthésie se fait sur la zone qui termine la racine. Une certaine technique est requise pour l’administration de cette anesthésie. Ainsi, le praticien doit piquer l’aiguille de la seringue avec une angulation 45°. En outre, le biseau doit être glissé en direction apicale jusqu’au-dessus de l’apex. L’un des effets de l’anesthésie péri-apicale ou para apicale est l’engourdissement de la lèvre au niveau de la zone d’injection. Les intra-septales quant à elles sont des anesthésies qui sont déposées à l’intérieur de l’os alvéolaire. Bien que moins pratiquée que la para apicale, l’intra-septale peut être employée, tant pour la mandibule que la maxillaire. Il convient de noter qu’on peut regrouper les anesthésies dentaires en 3 groupes : celles de contact, les loco-régionales et les locales.

Les autres anesthésies locales

Lorsque les autres anesthésies sont écartées, certaines anesthésies peuvent être appliquées par le chirurgien dentiste en dernier lieu. Les anesthésies intraligamentaires sont déposées à l’intérieur du ligament alvéolodentaire. Lors de l’administration, le biseau de l’aiguille est orienté vers la racine de la dent. Comme son nom l’indique, l’anesthésie intra-pulpaire est insérée dans la pulpe de la dent. Quant à l’anesthésie transcorticale, elle est déposée dans l’os spongieux entourant la dent. Cette technique est préconisée si le praticien souhaite toucher 2 à 6 dents à la fois. L’anesthésie ostéocentrale s’applique aussi dans l’os spongieux mais plus près de la zone qui termine la racine des dents : l’apex.