L’acouphène : définition, symptômes, traitement

Quand on entend un son et qu’on n’ignore la source, les soucis comme le stress, la fatigue, la dépression et plus précisément l’insomnie surviennent rapidement. C’est vrai, ça fait peur, on imagine tout au début, mais, c’est une anomalie et on doit y faire face. Plusieurs personnes en souffrent. On distingue différents types de stratégies d’adaptation qui peuvent aider les gens à dépasser ces moments désagréables.

Qu’est-ce qu’un acouphène ?

Les acouphènes se détectent soit dans une oreille, soit dans les deux. Les vibrations s’expliquent de plusieurs façons nous rappelle cet audioprothésiste. Il se décrit parfois comme le bruit d’une sonnerie ; mais, chez certains patients, il prend la forme d’un sifflement aigu, d’un de tic-tac. Le bruit est généralement subjectif, c’est-à-dire que seul celui qui a des acouphènes peut l’entendre.

Dans moins de 1 % des cas, il peut être objectif. Ça veut dire que quelqu’un d’autre peut saisir le son. Ce type de bruit peut provenir des mouvements cardiovasculaires ou musculo-squelettiques. Ceci implique que vous devriez voir un spécialiste en urgence.

Les causes de l’acouphène

La cause la plus fréquente de l’acouphène est l’endommagement et la perte des cellules sensorielles minuscules dans la cochlée de l’oreille interne. Cela a tendance à se produire avec l’âge et peut également résulter d’une exposition prolongée à un son trop fort. Les bruits forts comme ceux qui proviennent des équipements lourds, des scies à chaîne et des armes à feu, sont source d’acouphène.

Aussi, les infections de l’oreille et des sinus peuvent être à l’origine de l’acouphène. Vous pourriez les remarquer lorsque vous avez un rhume. Cela pourrait être dû à une infection des oreilles ou des sinus qui affecte votre audition et augmente la pression dans vos sinus. Si c’est la cause, cela ne devrait pas durer longtemps. Si cela ne s’améliore pas après une semaine, consultez votre médecin.

Certains médicaments comme l’aspirine, l’ibuprofène, certains antibiotiques et les diurétiques peuvent être « ototoxiques ». Ils causent des dommages à l’oreille interne, entraînant des acouphènes.

D’autres causes possibles sont : les blessures à la tête et au cou, un objet étranger touchant le tympan, les troubles de l’articulation temporo-mandibulaire ou les maladies cardiovasculaires.

Le rôle de l’audiologiste

Les audiologistes consultent les difficultés liées à l’audition, à la surdité, ainsi que les problèmes qui affectent le système vestibulaire.

La première chose c’est d’expliquer la situation. Quand vous éclairez un patient sur ce qu’est l’acouphène, pourquoi il en est victime, les traitements possibles, son désespoir et sa peur se dissipent un peu. L’information sur les acouphènes devrait également inclure une conversation sur la possibilité d’une perte d’audition.

Lorsque le patient se présente à un audiogramme, l’audiologiste lui fait un historique complet, et l’envoi vers un ORL qui va le consulter afin de découvrir si le patient a des acouphènes non gênants ou gênants.

Celui qui a des acouphènes gênants (dommages auditifs), on lui donne des informations sur la manière de procéder ou lui prescrit une thérapie sonore qui s’intégrera dans sa maison. Ce type de patient pourra revenir au rendez-vous de temps en temps pour des vérifications.